ferienhaus-mieten-island-lodge-iceland-cabin-lodge-Thorrablot

Þorrablót, une tradition est célébrée en Islande

Avec le début de la colonisation de l’Islande au IXe siècle, les gens ont dû réfléchir à la façon de se nourrir pendant les longs hivers froids : jusqu’à huit mois par an, il n’y avait pratiquement plus de nourriture fraîche. Les Islandais ont été contraints de stocker des denrées alimentaires et de prendre diverses mesures pour les préserver. Ce n’est qu’avec l’utilisation des congélateurs au 20e siècle qu’il a été possible de conserver les aliments sur une plus longue période de temps.

Sel non disponible en Islande

Les Islandais devaient être particulièrement créatifs. On savait déjà à l’époque que la viande et le poisson pouvaient être conservés en les salant. Mais le sel était déjà un trésor sur le continent européen. Il n’était pas disponible en Islande éloignée. Au lieu de sel, les Islandais ont eu la brillante idée de faire du lactosérum à partir de lait écrémé naturellement acide en quelques jours. Avec le petit-lait aigre, on pouvait rendre les produits carnés cuits aigres et donc durables. Pour ce faire, la viande était placée dans des tonneaux avec du lactosérum.

Une autre méthode pour augmenter la durée de conservation des aliments était le séchage. C’est surtout le poisson qui a été rendu durable grâce à elle. Une forme très spéciale de conservation a été utilisée pour les requins. Il s’est fait fermenter à l’aide de nitrates d’urine, qui étaient emprisonnés dans son corps.

Poisson islandais destiné à l’exportation

Plus tard, lorsque le sel était facile à trouver en Islande, la viande et le poisson étaient conservés de cette façon.  La morue salée était exportée sous le nom de « Bacala » vers les pays du sud de l’Europe. En outre, les aliments salés pourraient être transformés en les fumant. A ce titre, ils jouissent encore aujourd’hui de la réputation d’un excellent repas, que ce soit sous forme de gigot d’agneau fumé (Hangikjöt – viande fumée) ou sous forme de précieux char / saumon fumé.

Avec l’introduction de la technologie de congélation, vers la première moitié du siècle dernier, la « survie hivernale » est devenue beaucoup plus facile. Cette ancienne façon de conserver les aliments a vite été oubliée. Dans les années 1950, des restaurateurs intelligents et probablement historiens ont eu l’idée d’organiser des festivités où ces aliments, déjà connus sous le nom de « nourriture traditionnelle », étaient servis. Depuis lors, ces festivals ont été appelés « Þorrablót », prononcé comme Thorrablot.

Þorrablót est un culte

Ces événements de Þorrablót ont connu un véritable boom au cours des 70 dernières années. Aujourd’hui encore, ils célèbrent « comme s’il n’y avait pas de lendemain ». Chaque club, chaque communauté, chaque famille ou groupe d’amis célèbre Þorrablót au moins une fois par mois Þorri. Ce mois appartient à l’ancien temps d’enregistrement, quand les mois avaient des noms proches de la nature, comme Góa (bonté), Heyannir (récolte de foin) et Mörsugur (meunier de bacon). Seul Þorri ne sait pas ce que cela signifie. Mais vous pouvez imaginer ce nom comme le nom d’un homme froid et dur. Ce mois-ci, l’Þorri est au milieu de l’hiver, la période la plus difficile de l’année. Þorri commence vers le 20 janvier et dure jusqu’au 20 février. On dit que si vous réussissez ce mois-ci, vous aurez survécu à l’hiver. Þorrablót signifie fête de bouffer, enrichie de musique et de danse, dans le mois Þorri.

ferienhaus-mieten-island-lodge-iceland-cabin-lodge-Thorrablot
Thorrablot en Islande

Les Islandais le font une fête d’enfer

Þorrablót est donc une orgie gourmande, où l’on mange avec le plus grand plaisir les têtes de mouton brûlées (ou tête de musc de mouton dans le cas des œufs mous), les testicules de mouton acidifiés, le requin fermenté et effrayant, le hareng mariné, le lard maigre de mouton acidifiée et/ou le bacon de baleine acide, le poisson séché et l’agneau cru fumé (Hangikjöt). Ce repas riche et gras n’a rien d’étonnant : pour compléter le tout, et en guise de « récompense », il y a de l’eau-de-vie islandaise Brennivín, également connue sous le surnom de  » La Mort noire « .

ferienhaus-mieten-island-lodge-iceland-cabin-lodge-Thorrablot
Avec Thorrablot aussi le Brennivin ne peut pas manquer

Þorrablót en Islande comme Oktoberfest en Allemagne

Un développement très intéressant que Þorrablót a pris au fil des ans. D’une nécessité de survivre aux longs hivers, un festival s’est développé qui jouit d’un statut similaire à celui de l’Oktoberfest en Allemagne avec la population locale. Peut-être que Þorrablót deviendra un aimant touristique comme l’Oktoberfest à l’avenir, bien que cette cuisine pourrait ne pas être aussi adaptée aux masses que la bière bavaroise et le snack bavarois ?Difficile à imaginer, mais qui sait….

Si vous voulez avoir votre propre impression de Þorrablót, vous pouvez louer une de nos maisons de vacances et y déguster la cuisine traditionnelle islandaise. Ici, vous pouvez goûter tranquillement et discrètement, sans vous exposer aux regards moqueurs des gens du pays, si votre nourriture ne vous semble pas très bonne.

Vous pouvez acheter cette délicieuse nourriture « Þorramatur » en portions au restaurant Múlakaffi (https://www.mulakaffi.is/is/veislumatsedlar/thorramatur) ou – par précaution – dans différents supermarchés en Islande, tels que « Krónan » (kronan.is) et « Bonus » (bonus.is).

Bon appétit !

Thorrablot dans l’Islande

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *